Archive d’étiquettes pour : Canal+

Les chaînes payantes sont les principaux apporteurs de financement des films français. Nous avons établi un classement des 10 principaux apports des films sortis depuis le début de l’année. A la différence des apports des chaînes gratuites ces apports sont uniquement des préachats et ne sont pas en coproduction.

Cinéfinances.info* a fourni les données financières de cet article.

Comme on le voit ce n’est pas Canal+ qui a effectué l’apport le plus important, mais OCS, pour « Qu’est-ce qu’on a tous fait au bon dieu », une nouvelle version de cette franchise.https://siritz.com/cinescoop/la-remuneration-de-philippe-de-chauveron/

Canal+ était présent pour le premier film de cette franchise, « Qu’est-ce qu’on a tous fait au bon dieu », sorti en 2014, mais OCS a pris le relai pour le suivant, « Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon dieu », sorti en 2019 et qui avait réalisé plus de 6,7 millions d’entrées. Son apport avait été de 3,4 millions €, comme celui qu’il vient de refaire.

C’est Canal qui investit le plus dans le cinéma et dans le plus de films, mais Orange peut donc, dans certain cas, faire les apports les plus importantes.

Dans ce top 10 il y a 6 films de Canal+ et 4 d’OCS.

Le préachat de Canal+ pour « Super-Héros malgré lui » arrive en seconde position, avec 3,3 millions €. https://siritz.com/cinescoop/la-remuneration-de-philippe-lacheau-2/

Il y a 3 préachats de 3 millions € et plus, 3 de 2 millions et plus et 4 de plus d’un million €. En fait, si on va au-delà du top 10, il y a eu 16 pré-achat de plus d’un million €.

A noter que le film « Ténor », en 4ème semaine, est loin d’avoir terminé sa carrière et se maintient très bien. https://siritz.com/cinescoop/la-remuneration-claude-zidi-jr/

En pourcentage du budget prévisionnel le plus fort préachat est de 27% pour  « Goliath » et pour « En corps ».  Le plus faible est de 9% pour « Notre-Dame brûle », mais il s’agit d’un budget qui est de loin le plus élevé des films déjà sortis cette année. Les budgets suivants sont de 15 millions €.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement, destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.

LA DISTRIBUTION PEUT-ELLE ESPÉRER DU NOUVEL ÉCO-SYSTÈME ?

ll reste encore une étape à franchir pour l’inclusion de la S-vod dans l’écosystème de notre audiovisuel. C’est, pour les films de cinéma, sa place dans la chronologie des médias par rapport à Canal + mais aussi aux grandes chaînes en clair.
Canal a signé un accord avec la profession du cinéma, avec une chronologie des médias que le cinéma doit imposer aux autres médias. https://siritz.com/editorial/accord-entre-canal-et-le-cinema/Mais ceux-ci peuvent ne pas vouloir respecter cette chronologie. La situation serait telle que le gouvernement devrait intervenir pour trancher ce conflit. https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/le-dossier-de-la-chronologie-des-medias-pietine-netflix-s-impatiente-n168203.html

Mais une fois ce conflit tranché, est-ce que le cinéma bénéficiera de plus d’argent ? En principe oui puisque, dès la première année, les plateformes vont apporter 50 à 60 millions € en plus à la production cinéma.
Néanmoins, face à cette concurrence, le chiffre d’affaires et, donc, l’apport de Canal + à cette production risque de baisser. Surtout, si le gouvernement impose à Canal + une chronologie qui ne lui convient pas, la chaîne peut toujours mettre à exécution sa menace de se scinder en deux chaînes : une, utilisant la fréquence hertzienne, de cinéma et fiction, soumise aux règles fixées par l’État et le CSA. L’autre de sport, utilisant l’OTT, c’est à dire internet. Le chiffre d’affaires de la première, sur lequel est assis l’obligation d’investissement dans la production cinéma et fiction, chuterait alors fortement.Dans ce cas il est probable que la production cinéma verrait ses recettes baisser.
Mais admettons que les choses se passent bien et qu’un accord général soit trouvé sur la chronologie des médias. C’est à dire que la S-Vod apporte 50 à 60 millions de financement supplémentaire à la production cinéma. Est-ce que cela ne va pas permettre aux producteurs de demander des minima garantis moins élevés aux distributeurs qui traversent une phase très difficile du fait de la baisse de la fréquentation de 2021 qui devrait se poursuivre largement en 2022 ?                                                                                                                                                                   En fait, les plateformes ne seront certainement intéressées que par les films à fort potentiel commercial. Elles n’apporteront donc pas plus de financement aux producteurs des autres dont les montages financiers ne seront nullement facilités. Au contraire, si le chiffre d’affaires de Canal+ baisse. Ces producteurs ne seront donc pas en mesure de moins faire reposer leur financement sur les distributeurs.

 

QUI BLUFF ?

L’inclusion des plateformes internationales dans notre régulation donne lieu à une véritable partie de poker. Celles-ci grignotent petit à petit l’audience des chaînes françaises. Il est donc non seulement justifié mais également vitale de les soumettre aux obligations d’investissement dans les œuvres européennes et d’expression originale françaises et qu’elles alimentent le compte de soutien.

Mais ce projet pose deux problèmes de taille. Tout d’abord ces plateformes devraient investir 25% de leur chiffre d’affaires en France dans les oeuvres européennes ou d’expression originale française, dont 20%, soit 5% de leur chiffre d’affaires, dans les films de cinéma. Dans ce cas, elles pourraient diffuser ces films 12 mois après leur sortie en salle contre 36 mois actuellement. Mais, comme on le sait, ces 5% qu’on leur demande de financer et de diffuser représente sensiblement plus que ce que leur public semble attendre. Car ce public semble avant tout friand de séries.

Mais, à ce stade, les professionnels du cinéma et les pouvoirs publics ont l’intention de tenir bon. Seulement, apparait alors un second problème, celui  de la chronologie des médias. En effet, la fenêtre de Canal+, qui doit actuellement investir 12,5% de son chiffre d’affaires dans le pré-achat de films français, se situe à 8 mois, avec des dérogations à 6 mois. La chaîne estime qu’une priorité sur les plateformes de seulement 4 mois après la sortie en salle pour deux fois-et-demi plus d’investissement n’est pas sérieux et réclame d’avancer sa fenêtre de 4 mois et de passer les films seulement 4 mois après la sortie en salle, avec des dérogations à 3 mois. Ce que tous les exploitants, et la plupart des distributeurs et des producteurs refusent formellement.

Maxime Saada, le président du directoire du groupe Canal+ vient de suggérer, dans un interview au Figaro, que s’il n’obtenait pas satisfaction sa chaîne changerait de statut et opterait pour le statut de plateforme. Les professionnels du cinéma estiment que c’est du bluff car les obligations d’investissement de Canal+ passeraient de 16,5 % à 20 ou 25% et sa tva de 10 à 20 %. Donc ces dépenses doubleraient.  Mais Canal+ pourrait économiser la location de son réseau TNT en faisant basculer sans trop de problèmes la plupart de ses abonnés TNT sur la réception internet. https://www.lefigaro.fr/medias/l-ultimatum-de-canal-au-cinema-francais-20210525

Surtout, Maxime Saada affirme, sans doute à juste titre, que le film de cinéma français n’est plus du tout un produit d’appel de la chaîne. Et que ce sont encore les films américains et désormais les séries qui le sont. Donc, ce basculement amènerait un doublement des dépenses de la chaîne mais une multiplication par quatre des investissements de Canal+ dans le produit phare. Encore faut-il être en mesure de multiplier par quatre les commandes de  séries de la qualité du « Bureau des légendes » ou d’« Engrenage ».

Ce serait évidemment un virage risqué pour le groupe. Mais ce serait pour le cinéma une véritable catastrophe pour le cinéma français car Canal+ est, de loin, la principale source de financement de ses films. https://siritz.com/editorial/plateformes-des-enjeux-contradictoires/

 

LA RÉGLEMENTATION DES PLATEFORMES RISQUE DE TOURNER A L’ABSURDE

Les professionnels français du cinéma et de l’audiovisuel voudraient que les plateformes de S-Vod américaines aient des obligations similaires à celles des diffuseurs français : obligations d’investissement, taxe alimentant le compte de soutien, quotas. Ils ont raison. Mais dans l’actuelle réglementation française les producteurs français de cinéma et d’œuvres audiovisuelles qui bénéficieraient de leurs commandes ne peuvent bénéficier des avantages dont bénéficient ces producteurs lorsqu’ils travaillent pour des chaînes françaises : réinvestissement du soutien généré dans de nouvelles productions françaises, crédit d’impôt pour compenser les charges sociales très élevées qui renchérissent considérablement le tournage en France. https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/netflix-ne-veut-pas-seulement-financer-lexception-culturelle-mais-aussi-en-beneficier-1301258

Si cette discrimination était maintenue cela conduirait les producteurs français concernés à privilégier aussi souvent que possible les coproductions avec des partenaires européens. En tournant à l’étranger ils feraient appel à des prestataires de ces pays et utiliseraient le plus de salariés possibles sur lesquels ne pèseraient pas les charges sociales françaises. Et, pour maximiser les soutiens publics de ces pays, ils utiliseraient le plus souvent possible des créateurs et des comédiens francophones ou européens non français. En somme, cela ouvrirait à la Belgique, au Luxembourg et à l’Allemagne un marché inespéré.

Il faut rappeler que le Crédit d’impôt international permet de faire bénéficier de cette subvention des productions entièrement américaines à condition qu’elles soient tournées en France.

De même, un film français distribué par une major américaine bénéficie à la fois du compte de soutien et du crédit d’impôt.

En fait,  cette exclusion reviendrait à vouloir le beurre et l’argent du beurre, à refuser d’admettre la réalité : les plateformes souhaitent investir fortement dans les séries mais beaucoup moins dans des films qui sortent d’abord en salle. On les oblige néanmoins à investir dans nos films de cinéma. Mais cela met en danger Canal +, notre chaîne du cinéma. Pour ne pas perdre Canal+, cette mesure « compenserait » cette menace par de lourds handicaps à supporter par les producteurs auxquelles ces plateformes seront obligées de commander. Mais comme la réglementation les obligera à investir dans des films de cinéma cela ne supprimera aucunement la menace pesant sur Canal +. Et le bénéfice économique global de ces obligations sera en grande partie perdu. Les organisations professionnelles représentant les producteurs français (SPI, SPECT, USPA, AnimFrance, etc…) demandent à l’État de modifier cette règle absurde.

En somme, faire entrer les plateformes dans notre écosystème est logique. Mais le développement de ces plateformes accompagne le bouleversement des pratiques culturelles. Notre écosystème ne peut ignorer ce bouleversement et rester immuable. Pour en conserver l’esprit il faut le faire évoluer. https://siritz.com/editorial/faire-evoluer-lecosysteme-de-notre-cinema/

 

LE CINÉMA POURRAIT PERDRE PLUS QU’IL NE GAGNE

Les discussions entre la profession du cinéma et les plateformes de S-Vod sur les règles du jeu qui leurs seront appliquées vont probablement déclencher un processus de modification de l’ensemble de l’écosystème du cinéma.

Tout d’abord, il est à noter que ces plateformes n’étaient pas demanderesses de l’obligation d’investir dans le cinéma, c’est-à-dire dans des films qui sortent au préalable dans des salles de cinéma. En revanche, comme on le sait, elles investissent spontanément dans des films qui sortent en exclusivité chez elles. https://siritz.com/financine/razzia-de-netflix-sur-les-films-de-cinema/

Par ailleurs, il est à noter que, pour la première fois, la proposition de René Bonnell de fusionner les obligations d’un diffuseur est retenue puisque les plateformes doivent investir dans les oeuvres audiovisuelles 20% de leur chiffre d’affaire, dont 20% pour le films de cinéma. https://siritz.com/le-carrefour/rene-bonnell-sur-leconomie-du-cinema-francais/ Des chaînes françaises ont désormais des raisons de demander que de même régler leur soient appliquées, en profitant pour réduire le pourcentage à investir dans les films, tout en conservant leur obligation d’investissement globale, puisqu’elles veulent augmenter leurs investissements dans les séries.

En second lieu, la fenêtre de 12 mois dans la chronologie des médias qui leur est proposée est une pierre dans le jardin de Canal+ qui se situe à 8 mois, mais qui est « la » chaîne du cinéma et la principale source de financement de notre production nationale. 4 mois d’écart c’est bien peu pour un diffuseur qui investit 12,5% de son chiffre d’affaires dans le cinéma par rapport à un autre qui n’en investi que 4%.

Canal menace d’abandonner son statut de chaîne pour ne devenir que plateforme, avec, donc, une obligation d’investir dans les films de cinéma qui passerait de 12,5% à 4% de son chiffre d’affaires. Mais elle perdrait alors son identité fondamentale qui est d’être le diffuseur prioritaire des films de cinéma. En outre, ses charges passeraient alors de 25% à investir dans les programmes, 5,5% de taxe au compte de soutien plus 10% de TVA, soit 40,5%, à 20% à investir dans les programmes, 5,5% de taxe au compte de soutien et 20% de TVA, soit 45,5%.

Elle économiserait certes le coût de la diffusion hertzienne, mais devrait trouver le moyen de transférer ces abonnés sur un autre média. Cette réaction est donc peu probable. Néanmoins Vincent Bolloré a démontré, avec le football, qu’il n’hésitait pas à renverser la table si on l’y oblige.

En tous cas, même avec une fenêtre reculée par exemple à 14 mois les plateformes pourraient surpayer une poignée de films à gros potentiel commercial en apportant un peu plus de ce que Canal+ aurait investi pour sa fenêtre, et donc, en soustrayant entièrement ces films à celle-ci. Si la chaîne française perdait ainsi 5 à 10 parmi les plus gros films de l’année, cela pourrait lui être très préjudiciable. C’est pourquoi certains professionnels du cinéma tentent également d’imposer aux plateformes de répartir leurs investissements entre petits, moyens et gros films.  Comme cela est le cas pour les autres chaînes et pour assurer la diversité de la production française.

Problème de survie pour Ciné Cinéma et OCS

Enfin, la création d’une fenêtre pour les plateformes entre les 8 mois de Canal+ et les 22 mois des grandes chaînes en clair coproductrices pose un problème de survie à Ciné Cinéma. Dans de nombreux films, celle-ci, qui fait partie du bouquet de chaînes appartenant à Multithématiques, filiale de Canal+, achète une seconde fenêtre payante, après Canal+ et avant les chaînes en clair. Concurrencée par trois plateformes elle risque de voir beaucoup de films lui échapper. Et de disparaître.

Il en est de même d’ OCS qui prend quelques premières fenêtres de chaînes à péage, mais aussi des secondes fenêtres, derrière Canal+. D’autant que le contrat entre OCS et HBO, qui comprend, entre autres, la série « Game of Thrones », arrive bientôt à échéance. Or, en 2022, HBO Max, la plateforme de Warner, arrive à son tour en France et voudra probablement se réserver les meilleurs contenus. OCS est donc également menacée.

Il n’est donc pas certain que, en fin de compte, le cinéma ne perde pas  d’un côté ce qu’il croit gagner de l’autre.

En outre, certains professionnels souhaitent que le compte de soutien généré par les plateformes ne puisse servir aux réinvestissements dans les programmes français commandés par ces plateformes.

Attention à Washington

Objectivement cela ne semble pas équitable. Cette taxe est à la fois une épargne forcée pour les producteurs et,  déjà, un droit de douane sur les films étrangers puisqu’elle n’est reversée qu’aux producteurs de films français. Mais si elle devenait aussi un droit de douane sur les plateformes cela pourrait justifier que Washington s’intéresse au dossier.

Car attention : il se trouve que ces plateformes, comme Hollywood en général, sont proches des démocrates. Il ne faudrait pas tellement tirer sur la corde que Washington se sente obligé de prendre des mesures de rétorsion.

Sur les films sortis depuis le début de l’année

Le groupe Canal+ (Canal+ et Multithématique) est la principale source de financement de la production français de films de cinéma.Compte tenu de l’arrivée des GAFA comme source de financement supplémentaire à partir de janvier et de l’enjeu de la chronologie des médias, il est important de faire le point sur les apports du groupe Canal+. Les chiffres de cette articles portent sur 7 mois d’exploitation.

Cinéfinances.info*  a fourni les données financières de cet article.

Sur les films sortis depuis le début de l’année, l’apport cumulé du groupe est proche de 100 millions €. Cela représente 17% du devis total des films en question. Voir les chiffres de mai https://siritz.com/les-barometres-de-la-distribution/combien-canal-et-multithematiques-achetent-conjointement-les-films-cinefinances-info-fournit-achats-en-pourcentage-du-devis/

Le film qui a bénéficié du plus fort apport est aussi celui dont le budget est le plus élevé : « Le Prince oublié », dont le budget était de 24,9 millions €, a bénéficié d’un apport de 3,5 millions € de Canal+ et de 500 000 € de Multithématiques, soit un total de 4 millions €. Soit un apport de 16% du budget, légèrement en dessous de la moyenne. Il a été réalisé par Michel Hazanavicius et produit par Prélude.

L’apport moyen est de 988 000 €. Cela correspond à l’apport pour le financement du dessin animé « Sam Sam », dont le budget est de 8 millions €. L’apport est donc de 12% du budget. Il a été réalisé par Tanguy de Kerme et produit par Folivari.

Un apport qui correspond à l’apport moyen du groupe Canal+

https://fr.wikipedia.org/wiki/SamSam

L’apport médian est de 932 000 €. C’est le cas du film « Un vrai homme », réalisé par Benjamin Parent et produit par Delante productions. L’apport est de 31% du budget.

En pourcentage du budget l’apport le plus important est celui pour « Effacer l’historique ». Il est de 42%. Le film a été réalisé par Benoît Delepine et produit par No Money Productions pour 5 millions €.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.

La chaîne a pré-acheté un tiers des films français sortis en 2019

Canal+ est la chaîne qui préachète le plus grand nombre de films. Ainsi,  93 films français sortis en 2019, soit environ le tiers,  l’avaient été par la chaîne à péage. Il s’agit donc d’une large palette d’œuvres, destinée à satisfaire l’ensemble de ses abonnés, mais aussi de lui permettre de respecter ses obligations d’investissement.

Si on cherche à savoir combien Canal+ pré-achète les films français, les plans de financement publiés par Cinéfinances.info *, montrent que chaque film est évidemment un cas particulier. Mais il est tout de même possible de dégager de grandes tendances. Notamment, le pourcentage du devis financé par la chaîne est un critère significatif  que Cinéfinances.info met en avant dans ses classements des apports des chaînes.

Le pourcentage le plus élevé concerne  « Intervention », réalisé par Fred Grivois. C’est  un film d’action sur la libération d’un bus d’enfants pris en otage près de Djibouti par des terroristes . Produit par Capture the Flag Films (Raphaël Rocher) pour une budget de 4,7 millions €.

Le film n’a réalisé que 65 000 entrées

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Intervention

Ce n’est pas le montant d’achat le plus élevé de la chaîne en 2019, ni d’ailleurs le plus élevé par une chaînes à péage.https://siritz.com/les-barometres-de-la-distribution/ocs-au-top-des-prefinancements-de-films-en-2019/

Mais la moyenne des interventions est de 19,7% et les interventions médianes de 17,7%  Enfin, pour « Never grow old », dont le budget est de 6 millions €, l’achat n’est que de 2,5%. Mais il s’agit d’une coproduction avec l’Irlande et la Belgique et la part française n’est que de 10%. De ce fait, l’achat pour les droits de diffusion en France est de 25% du financement français.

Très souvent les apports de Canal+ sont complétés par ceux de sa filiale Multithématiques dont les chaînes diffusent les films dans des fenêtres ultérieures.

www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.