Partager l'article

Bannière publicitaire
Accéder au site du partenaire >
L'édito de Serge
Serge Siritzki

FAIRE EVOLUER L’ECOSYSTEME DE NOTRE CINÉMA

Par Serge Siritzky

PRODUIRE DES OEUVRES POUR LE PUBLIC EN FRANCE ET DANS LE MONDE

Le Carrefour, « Un scénariste met les pieds dans le plat » a suscité un record de réactions, toutes laudatives, sur les réseaux sociaux ou par mail. https://siritz.com/le-carrefour/un-scenariste-met-les-pieds-dans-le-plat/

Tout d’abord parce que cette analyse est très jute et nous allons revenir là-dessus. Mais aussi parce que, en France, l’avènement de la série a été aussi celui de l’avènement des scénaristes. Comme on le sait, dans notre pays, depuis la Nouvelle vague, le dogme est qu’un un film c’est essentiellement un réalisateur. Bien que les plus grands réalisateurs de la Nouvelle vague (Truffaut, Resnais, etc…) ont souvent créé leurs films avec de non moins grands scénaristes (Grunberg, Semprun, etc..). Comme nos grands réalisateurs d’avant la Nouvelle vague (Renoir, Carné, Duvivier, etc…)  dont ils disaient se démarquer.

Mais, ainsi  que le remarque notre scénariste, les plateformes et les chaînes ont besoin que leurs séries soient vues et appréciés pour justifier des renouvellements d’abonnement et en susciter de nouveaux. Or, pour y parvenir, il faut commencer par un bon scénario. Bien entendu, une série, encore plus qu’un film, c’est une œuvre collective. Et les bons scénaristes, comme les bons réalisateurs, ne se ramassent pas à la pelle. Donc, désormais, les scénaristes sont écoutés. D’où, le succès de cet article, comme de Paroles de scénaristes sur Facebook.

Notre écosystème pousse nos producteur à être essentiellement des monteurs d’affaires

Et ce que ce scénariste a dit de plus marquant c’est que « beaucoup de films ne sont pas fait pour être vus mais tour être financés ». En fait, tout l’écosystème de notre cinéma pousse les producteurs à être essentiellement des monteurs d’affaires. Ils ont besoin de savoir où trouver des financements, pas forcément de savoir lire un scénario ou constituer une équipe de tournage compétente. Dans notre site Cinéfinances.info on trouve régulièrement des films pour lesquels le producteur a dû trouver une vingtaine de sources de financement et d’autres où il est clairement bénéficiaire avant que le film ne sorte. https://www.cinefinances.info

Parmi les réactions que le Carrefour de vendredi a suscité celle du scénariste-réalisateur Bruno François-Boucher

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bruno_François-Boucher qui a notamment fait des documentaires sur de grands réalisateurs et de grands films, est particulièrement intéressante :

Évidemment c’est très intéressant. Je trouve que l’un des exemples qui convient le mieux au cinéma, quel que soit le pays et le budget qu’on a, c’est celui de Spielberg (n’oublions pas qu’il a commencé avec des films en Super 8.) Il dit qu’il a toujours essayé de mettre le double à l’écran de ce qu’il avait à sa disposition, que ce soit moins d’1 million (Duel) ou 100 millions. À partir de ce constat cela veut dire qu’il faut d’abord trouver des gens plus que motivés, prêts à faire des sacrifices, s’organiser pour tourner très vite et faire preuve d’une imagination débordante pour donner cette illusion du plus. En fait il prend le problème à l’envers.

Dans un autre genre, Satyajit Ray avait toujours rêvé de faire un film d’aventures de corsaires, mais il n’a jamais eu que de très petits budgets pour faire des films intimistes. Il a adapté son outil, ce qui ne l’a pas empêché d’être l’un des cinéastes les plus reconnus dans le monde. Comme Éric Rohmer dans son genre. Le tout, entre ces trois, c’est de trouver la bonne solution. Facile à dire, pas toujours à faire. Très dur même. Mais le cinéma est comme ça. »

Le rapport Bonnell sur le financement de la production et de la distribution française

Le défaut de notre système a déjà été dénoncé par René Bonnell du point de vue d’un économiste mais d’aussi d’un professionnel qui a dirigé le cinéma à Canal+, puis à France télévisions. Il avait rendu en 2014 un « rapport sur le financement de la production et de la distribution française à l’heure du numérique. » nombre de ses propositions ont été reprises, mais pas toutes. Et, depuis, la situation a beaucoup évolué. Nous l’avions interrogé l’année dernière sur le même sujet et il avait fait des suggestions supplémentaires.

En tout cas, comme nous ne cessons de le rappeler, l’arrivée des grandes plateformes internationales va tout changer. Les producteurs français se battent pour qu’elles consacrent 20% de leur chiffre d’affaires dans l’investissement dans des œuvres françaises dont 20% dans les films de cinéma et qu’elles respectent, pour ces films, la chronologie des médias. Mais les questions essentielles, c’est-à-dire de survie, ne sont pas abordées : comment faire en sorte que le chiffre d’affaire de notre exportation de films ne soit que de 10% par ce que notre production est fondée sur l’autarcie ? Surtout, alors que les films français ne représentent que 35 à 40% du marché des salles en France, comment compenser la probable très forte réduction de films américains qui, jusqu’ici représentent 50% de ce marché. Car il est probable qu’en plus de Netflix, les majors américaines du cinéma, à commencer par Disney et Warner, vont réserver leurs plus importantes productions ainsi que leurs principaux talents et stars, à leurs propres plateformes qui représentent un marché potentiel dix fois plus important que celui de leurs films de cinéma.

Les plateformes vont tout bouleverser

La priorité du cinéma français est de se préparer à ce bouleversement. https://siritz.com/editorial/s-vod-quelle-riposte-des-exploitants/

La nécessite de moderniser profondément notre système de soutien à la création est d’ailleurs reconnue par la tribune commune qu’ont signé, dans Le Monde, Jérôme Seydoux le PDG de Pathé et Pascal Rogard, le directeur général de la SACD. https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/13/cinema-apres-le-covid-19-le-retour-a-la-vie-devra-s-accompagner-d-une-profonde-modernisation-de-notre-systeme-de-soutien-a-la-creation_6069873_3232.html

 

 

© Copyright - Blog Siritz