Partager l'article

Bannière publicitaire
Accéder au site du partenaire >
L'édito de Serge
Serge Siritzki

POKER ENTRE CANAL+ ET LE CINÉMA ?

Par Serge Siritzky

QUI BLUFF ?

L’inclusion des plateformes internationales dans notre régulation donne lieu à une véritable partie de poker. Celles-ci grignotent petit à petit l’audience des chaînes françaises. Il est donc non seulement justifié mais également vitale de les soumettre aux obligations d’investissement dans les œuvres européennes et d’expression originale françaises et qu’elles alimentent le compte de soutien.

Mais ce projet pose deux problèmes de taille. Tout d’abord ces plateformes devraient investir 25% de leur chiffre d’affaires en France dans les oeuvres européennes ou d’expression originale française, dont 20%, soit 5% de leur chiffre d’affaires, dans les films de cinéma. Dans ce cas, elles pourraient diffuser ces films 12 mois après leur sortie en salle contre 36 mois actuellement. Mais, comme on le sait, ces 5% qu’on leur demande de financer et de diffuser représente sensiblement plus que ce que leur public semble attendre. Car ce public semble avant tout friand de séries.

Mais, à ce stade, les professionnels du cinéma et les pouvoirs publics ont l’intention de tenir bon. Seulement, apparait alors un second problème, celui  de la chronologie des médias. En effet, la fenêtre de Canal+, qui doit actuellement investir 12,5% de son chiffre d’affaires dans le pré-achat de films français, se situe à 8 mois, avec des dérogations à 6 mois. La chaîne estime qu’une priorité sur les plateformes de seulement 4 mois après la sortie en salle pour deux fois-et-demi plus d’investissement n’est pas sérieux et réclame d’avancer sa fenêtre de 4 mois et de passer les films seulement 4 mois après la sortie en salle, avec des dérogations à 3 mois. Ce que tous les exploitants, et la plupart des distributeurs et des producteurs refusent formellement.

Maxime Saada, le président du directoire du groupe Canal+ vient de suggérer, dans un interview au Figaro, que s’il n’obtenait pas satisfaction sa chaîne changerait de statut et opterait pour le statut de plateforme. Les professionnels du cinéma estiment que c’est du bluff car les obligations d’investissement de Canal+ passeraient de 16,5 % à 20 ou 25% et sa tva de 10 à 20 %. Donc ces dépenses doubleraient.  Mais Canal+ pourrait économiser la location de son réseau TNT en faisant basculer sans trop de problèmes la plupart de ses abonnés TNT sur la réception internet. https://www.lefigaro.fr/medias/l-ultimatum-de-canal-au-cinema-francais-20210525

Surtout, Maxime Saada affirme, sans doute à juste titre, que le film de cinéma français n’est plus du tout un produit d’appel de la chaîne. Et que ce sont encore les films américains et désormais les séries qui le sont. Donc, ce basculement amènerait un doublement des dépenses de la chaîne mais une multiplication par quatre des investissements de Canal+ dans le produit phare. Encore faut-il être en mesure de multiplier par quatre les commandes de  séries de la qualité du « Bureau des légendes » ou d’« Engrenage ».

Ce serait évidemment un virage risqué pour le groupe. Mais ce serait pour le cinéma une véritable catastrophe pour le cinéma français car Canal+ est, de loin, la principale source de financement de ses films. https://siritz.com/editorial/plateformes-des-enjeux-contradictoires/

 

© Copyright - Blog Siritz