Archive d’étiquettes pour : StudioCanal

 « Paradis Paris » https://fr.wikipedia.org/wiki/Paradis_Paris , un film choral sur la mort,  est le 6ème long métrage de Marjane Satrapi, https://fr.wikipedia.org/wiki/Marjane_Satrapi la célèbre auteur franco-iranienne des bandes dessinées « Persepolis » dont c’est le 6ème long métrage pour le cinéma.

Ciné.info* a fourni les données financières de cet article.

Marjane Satrapi

Son budget prévisionnel est  6,3 millions €, ce qui revient à 20% de plus que le budget prévisionnel moyen des films français de fiction sortis depuis le début de l’année. https://siritz.com/editorial/remuneration-du-realisateur-en-du-budget/ Pour la préparation, 41 jours de tournage et la post-production sa rémunération de réalisatrice est de 58 000 €, dont 10 000 € d’à valoir sur droits d’auteur et 48 000 € de salaire de technicien, soit 35% de la rémunération moyenne des réalisateurs. https://siritz.com/editorial/remuneration-du-realisateur-en-du-budget/ Elle a écrit le scénario avec Marie Madinier pour 100 000 €, soit le budget médian des scénarios. https://siritz.com/financine/2024-reduction-des-budgets-previsionnels/ Les rôles principaux ont reçu 181 000 €, soit à peu près leur rémunération moyenne. https://siritz.com/financine/remuneration-des-roles-principaux-2024-2023/

Le producteur délégué est Vito Films (Isaac Cherbit). Marjane Satrapi et Studio Canal sont coproducteurs. Le film a bénéficié de 700 000 € d’avance sur recettes et la région Ile de France lui a apporté son soutien. Canal+, Ciné+ et C8 l’ont préacheté. Studio Canal a donné un minimum garanti pour tous les mandats de distribution sauf la tv. Il y a un  coproducteur suisse, Dauphin Studio,  à 1,2%.

Le précédent film de Marjane Satrapi était « Radioactive ». https://fr.wikipedia.org/wiki/Radioactive_(film), l’adaptation du roman graphique  « Radioactive: Marie & Pierre Curie: A Tale of Love and Fallout » de Lauren Redniss  C’était un film britannique. Il était sorti en France le 11 mars 2020. Il y était distribué par Studio Canal qui était également coproducteur avec Shoebox Film. L’exploitation du film avait été fortement gênée par le confinement du covid. En France il avait rassemblé 101 000 spectateurs et dans le monde un million.

www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement, destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie budget, le plan de financement et la répartition des recettes prévisionnels de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il s’agit des chiffres de l’agrément d’investissement sur la base duquel le producteur a monté son financement. Il dispose d’archives des films sortis depuis 2010 et d’un puissant moteur de recherche, avec de multiples critères.

Le film d’aventure « Le dernier Jaguar » https://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=295617.htmlest le 8ème long métrage de cinéma réalisé par l’auteur, documentariste, globe-trotter et producteur de cinéma français,   Gilles de Maistre. Le tournage a été un exploit, car le jaguar est l’un des animaux sauvages les plus farouches. https://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles_de_Maistre

Ciné.info* a fourni les données financières de cet article.

 

Gilles de Maistre

C’est une coproduction entre la France (86%) et le Canada (14%) pour un budget prévisionnel de 10,4 millions €. C’est le double du budget moyen des films français de fiction sortis en 2023. https://siritz.com/financine/le-budget-des-films-de-fiction-explose/

Pour la préparation, 51 jours de tournage et la post-production la rémunération du réalisateur est de 400 000 €, répartie en part égale entre à valoir sur droits d’auteur et salaire de technicien. C’est trois fois la rémunération moyenne des réalisateurs de films français de fiction. https://siritz.com/financine/realisateurs-les-ecrats-de-realisation-saccroissent Il a écrit le scénario avec Prune de Maistre et ils se sont partagés 200 000 €, soit la moyenne des budgets des scénarios des films français. https://siritz.com/financine/budget-du-scenario-remuneration-du-realisateur/ Les rôles principaux ont reçu 450 000 €, ce qui représente le double de ce qu’ils ont reçu en moyenne en 2023. https://siritz.com/financine/les-stars-ne-garantissent-pas-le-succes/

Le producteur français est Mai Juin Productions (Gille de Maistre). Il a reçu le soutien de la région Guyane. Canal+ l’a préacheté. StudioCanal a donné un minimum garanti pour tous les mandats de distribution, sauf le Canada.

Le producteur canadien est Jaguar My love. Il a bénéficié des crédits d’impôt Québécois et fédéral. TVA Film Distribution a donné un minimum garanti.

Le précédent film de Gilles de Maistre était « Le loup et le lion », sorti en France le 13 octobre 2021 et il avait rassemblé 1,2 million de spectateurs. C’était une coproduction entre la France (36%) et le Canada (64%) pour un budget prévisionnel de 12 millions €. Pour la préparation, 58 jours de tournage et la post-production la rémunération du réalisateur était de 308 000 €, dont 148 000 € d’à valoir sur droits d’auteur et 160 000 € de salaire de technicien. Prune de Maistre avait écrit le scénario pour 140 000 €.

Galatée Films & Mai Juin Productions étaient producteurs à 50/50. M6 était coproducteur. Canal+, Multithématiques et M6 l’avaient préacheté. StudioCanal avait donné un minimum garanti. Le producteur Canadien était Wematin Productions. MK2 et Mile End avaient donné un minimum garanti pour ce territoire.

www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement, destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie budget, le plan de financement et la répartition des recettes prévisionnels de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il s’agit des chiffres de l’agrément d’investissement sur la base duquel le producteur a monté son financement. Il dispose d’archives des films sortis depuis 2010 et d’un puissant moteur de recherche, avec de multiples critères.

“Soudain seuls” est le second long métrage entièrement réalisé par Thomas Bidegain. https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Bidegain

Ciné.info* a fourni les données financières de cet article.

Cette adaptation du roman d’Isabelle Autissier, paru chez Stock, est une coproduction entre la France (88%), la Belgique (12%) et l’Islande (10%) pour un budget prévisionnel de 14,3 millions €, soit 3 fois le budget moyen des films de fiction français sortis depuis le début de l’année. https://siritz.com/editorial/plus-de-films-avec-moins-de-moyens/ C’est en fait le 13ème budget le plus élevé cette année.

Pour la préparation, 38 jours de tournage et la post-production la rémunération du réalisateur est de 250 000 €, répartie en part égale entre à valoir sur droits d’auteur et salaire de technicien. C’est 90% de plus que la rémunération moyenne des réalisateurs de films de fiction. Les droits d’adaptation ont été acheté 150 000 €. Thomas Bidegain a écrit le scénario avec Valentine Monteil pour 376 000 €. Le budget du scénario est donc de 526 000 €, soit 4 fois et demi le budget moyen des scénarios des films de fiction. Dans les rôles principaux, Gilles Lelouch et Mélanie Laurent ont reçu 335 000 €, soit 50% de plus que ce qu’ont reçu en moyenne les rôles principaux.

Le producteur est Trésor Films (Alain Attal). Cool Industries, StudioCanal, Le Productions du Trésor et France 2 sont coproducteurs. Le CNC a accordé une aide pour les effets visuels numériques. Canal+, Ciné+ et France 2 l’ont préacheté. StudioCanal a donné un minimum garanti pour tous les mandats de distribution. Le producteur Belge est Artémis Productions (Patrick Quinet) qui a bénéficié du Tax Shelter. BE TV, Proximus et RTBF l’ont pré-acheté. Le producteur Islandais est True North (Leifur Dagfinnsonn) qui a bénéficié du Tax credit.

Le premier film réalisé par Thomas Bidegain était « Les Cow-boys », sorti le 25 novembre 2015. C’était une coproduction entre la France (85%) et la Belgique (15%)   pour un budget prévisionnel de 8 millions €. Le producteur était Les Productions du Trésor et le distributeur Pathé. Les producteurs belges étaient Lunanime et les films du Fleuve.

Pour la préparation, 46 jours de tournage et la post-production la rémunération du réalisateur était de 173 000 €, dont 73 000 € d’à valoir sur droits d’auteur et 100 000 € de salaire de technicien. Il avait écrit le scénario avec Noé Debré et ils s’étaient partagé 130 000 €. Le film avait rassemblé 226 000 spectateurs.

www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement, destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie budget, le plan de financement et la répartition des recettes prévisionnels de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il s’agit des chiffres de l’agrément d’investissement sur la base duquel le producteur a monté son financement. Il dispose d’archives des films sortis depuis 2010 et d’un puissant moteur de recherche, avec de multiples critères.

« Le Règne Animal », qui a fait l’ouverture d’ Un Certain Regard au Festival de Cannes 2023, est le second film de Thomas Cailley qui est par ailleurs acteur, scénariste et compositeur de musique. https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Caille

Ciné.info* a fourni les données financières de cet article.

Il est produit par Nord-Ouest Films (Christophe Rossignon), pour un budget prévisionnel de 16 millions €. C’est le 6ème budget prévisionnel le plus élevé de tous les films de fictions Français sortis depuis le début de l’année.

Pour la préparation, 57 jours de tournage et la post-production la rémunération du réalisateur est de 140 000 €, répartie en part égale entre à valoir sur droits d’auteur et salaire de technicien. C’est la rémunération moyenne des réalisateurs de ces films. https://siritz.com/financine/barometre-de-la-remuneration-des-realisateurs-2/ Thomas Cailley a écrit le scénario avec Pauline Munier et ils se sont partagés 355 000 €. C’est 60% de plus  que le budget moyen des scénarios de ces films. https://siritz.com/financine/la-part-du-scenario-dans-le-budget-augmente/ Les rôles principaux ont reçu 220 000 € ce qui un peu plus que ce que les rôles principaux ont reçu en moyenne pour ces films. https://siritz.com/financine/comediens-boom-des-remunerations-au-top/

Le film a bénéficié de 700 000 € d’avance sur recettes. StudioCanal et France 2 sont coproducteurs. 6 soficas dont une garantie, y ont investi. Il a bénéficié de l’aide automatique et sélective à la Création visuelle et sonore. La région Nouvelle Aquitaine, les départements de la Gironde, des Landes et du Lot-et-Garonne lui ont apporté leur soutien. Canal+, Ciné + et France télévisions (2 passages) l’ont préacheté. StudioCanal a donné un minimum garanti pour tous les mandats de distribution

Le producteur Belge Artémis Productions (Patrick Quinet) est coproducteur et a bénéficié du Tax Shelter.

Le précédent et premier film réalisé par Thomas Cailley était « Les Combattants », sortis le 28 août 2014.https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Combattants Il avait le même producteur et son budget prévisionnel était de 2,4 millions €. Pour la préparation, 35 jours de tournage et la post-production la rémunération du réalisateur était de 50 000 €, répartie en part égale entre à valoir sur droits d’auteur et salaire de technicien. Il avait écrit le scénario avec Claude Le Pape. Le film était distribué par Bac Films est avait rassemblé 505 000 spectateurs.

www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement, destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie budget, le plan de financement et la répartition des recettes prévisionnels de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il s’agit des chiffres de l’agrément d’investissement sur la base duquel le producteur a monté son financement. Il dispose d’archives des films sortis depuis 2010 et d’un puissant moteur de recherche, avec de multiples critères.

POUR LA RÉALISATION DE « UNE NUIT »

C’est le 3ème long métrage pour le cinéma de celui qui est aussi comédien réalisateur de fiction tv et metteur en scène de théâtre. https://fr.wikipedia.org/wiki/Alex_Lutz

Cinéfinances.info* a fourni les données financières de cet article.

C’est une coproduction entre la France(95%) et la Belgique (5%) pour un budget prévisionnel de 2,7 millions, soit un peu plus de la moitié du budget prévisionnel des films Français de fiction sortis depuis le début de l’année. https://siritz.com/financine/pathe-et-boon-explosent-les-barometres/

Pour la préparation, 20 jours de tournage et la post-production la rémunération du réalisateur est de 100 000 €, répartie en part égale entre à valoir sur droits d’auteur et salaire de technicien. C’est 25% de plus que le salaire médian des réalisateurs de ces films. Il a écrit le scénario avec Karine Viard et Adrien Bichet pour 92 000 €. C’est 25% de plus que le budget médian du scénario de ces films. Les rôles principaux ont reçu 80 000 €. C’est le revenu médian des rôles principaux de ces films.

Le producteur Français est Maneki Films (Didar Manehri). Une sofica garantie et un pool de soficas y ont investi. De la part du CNC le film bénéficie de l’avance sur recettes après réalisation, de l’aide au développement et de l’aide à la création de musique originale. Il bénéficie également des aides de  la Sacem, de la Procirep et de la région Ile-de-France.

Canal+, Ciné+ et C8 l’ont préacheté. StudioCanal a donné un minimum garanti pour tous les mandats de distribution.

Le producteur Belge est Versus Productions (Jacques-Henri Bronckart)  qui a bénéficié du Tax shelter.

Le précédent film réalisé par Alex Lutz était « Guy », sorti le 23 août 2018. https://fr.wikipedia.org/wiki/Guy_(film) Il était produit par Illiade & Films pour un budget prévisionnel de 3,3 millions €.

Pour la préparation, 24 jours de tournage et la post-production la rémunération du réalisateur était de 85 000 €, dont 40 000 € d’à valoir sur droits d’auteur et 45 000 € de salaire de technicien. Il avait écrit scénario avec Anaïs Deban et Thibault Segouin pour 33 000 € et les rôles principaux avaient reçu 143 000 €.

StudioCanal et JMD Productions étaient coproducteurs. Canal+, Multithématiques et C8 l’avaient préacheté. StudioCanal avait donné trois minima garantis séparés pour les mandats salle, vidéo et étranger. Le film avait rassemblé 182 000 spectateurs.

www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement, destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie budget, le plan de financement et la répartition des recettes prévisionnels de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il s’agit des chiffres de l’agrément d’investissement sur la base duquel le producteur a monté son financement. Il dispose d’archives des films sortis depuis 2010 et d’un puissant moteur de recherche, avec de multiples critères.

POUR LA RÉALISATION DE « JE VERRAI TOUJOURS VOS VISAGES »

C’est le 3ème long métrage réalisé par cette comédienne. https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanne_Herry

Cinéfinances.info* a fourni les données financières de cet article.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Je_verrai_toujours_vos_visages

Il est produit par CHI-FOU-MI Productions (Hugo Sélignac & Nicolas Dumont) et Trésor Films (Yvan Attal) pour un budget prévisionnel de 8,5 millions €. C’est 80% de plus que le budget prévisionnel moyen des films français de fiction sortis l’année dernière. https://siritz.com/financine/barometres-des-films-francais-de-fiction-2/

Pour la préparation, 40 jours de tournage et la post-production la rémunération de la réalisatrice est de 200 000 €, répartie en part égale entre à valoir sur droits d’auteur et salaire de technicien. C’est 50% de plus que la rémunération moyenne des réalisateurs de films français de fiction sortis en 2022. Elle a écrit le scénario pour 236 000 € ce qui est presque le double du budget moyen des scénarios de ces films.

Les rôles principaux ont reçu 90 0000 €, ce qui est la moitié de la moyenne pour les films de l’année dernière. Mais les rôles secondaires ont reçu 450 000 €.

StudioCanal et France 3 sont coproducteurs. Le film a bénéficié d’une avance sur recettes de 600 000 € et d’une aide remboursable de la région Ile de France. Canal+, Ciné + et France Télévisions l’ont pré-acheté. StudioCanal a donné un minimum garanti pour  tous les mandats.

Le précédent film réalisé par Jeanne Henry était « Pupille » sorti le 5 décembre 2018. Il avait les mêmes producteurs pour un budget prévisionnel de 7 millions €.

Pour la préparation, 40 jours de tournage et la post-production la rémunération de la réalisatrice était de 93 000 €, dont 70 000 € d’à valoir sur droits d’auteur et 23 000 € de salaire de technicien. Elle avait écrit le scénario pour 95 000 € et les rôles principaux avaient reçu 800 000 €.

Le film avait bénéficié de 400 000 € d’avance sur recette et d’un soutien de la Région Ile de France. StudioCanal et France3  3 étaient déjà coproducteur et les mêmes chaînes l’avaient préacheté.

StudioCanal avait donné un minimum garanti et le film avait rassemblé 856 000 spectateurs.

www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement, destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie budget, le plan de financement et la répartition des recettes prévisionnels de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il s’agit des chiffres de l’agrément d’investissement sur la base duquel le producteur a monté son financement. Il dispose d’archives des films sortis depuis 2010 et d’un puissant moteur de recherche, avec de multiples critères.

POUR LA RÉALISATION DE « RESTE UN PEU »

Ce franco marocain est surtout connu comme comédien. C’est le 2ème film qu’il a réalisé. Il en est l’intérprète principal. https://fr.wikipedia.org/wiki/Gad_Elmaleh

Cinéfinances.info* a fourni les données financières de cet article.

Le film est produit par Vito films (Isaac Sharry) & KS2 cinéma (Dominique Jeanne) pour un budget prévisionnel de 1,38 millions €.

Pour la préparation, 23 jours de tournage et la post-production la rémunération du réalisateur est de 68 000 €, répartie en part égale entre à valoir sur droits d’auteur et salaire de technicien. C’est beaucoup moins que la rémunération médiane des réalisateurs de films français de fiction sortis depuis le début de l’année. https://siritz.com/financine/le-nouveau-barometre-des-realisateurs/

Gad Elmaleh a écrit le scénario avec Benjamin Charbit et Eytan Saada. Il se sont partagés 97 000 €. Là encore c’est beaucoup moins que le budget médian des scénarios de films français de fiction sortis depuis le début de l’année. https://siritz.com/financine/le-barometre-des-scenarios-2/

A noter que le budget des salaires des rôles principaux est de 25 000 €.

Le film a bénéficié du soutien de la région Ile de France. Canal+ et Multithématiques l’ont préacheté.

Le film est distribué par Studio Canal qui a donné un minimum garanti pour les mandats salle et vidéo. Studio canal a également donné un minimum garanti pour le mandat ventes à l’étranger.

Le premier film réalisé par Gad Elmaleh est « Coco », sorti le 18 mars 2009. https://fr.wikipedia.org/wiki/Coco_(film,_2009)

Il avait écrit le scénario avec Caroline Thivel d’après l’un de ses sketchs.

Le film était produit par KS2 Productions, Légende films, Studio Canal et TF1 films productions. Il était distribué par StudioCanal et avait rassemblé plus de 3 millions de spectateurs.

www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement, destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie budget, le plan de financement et la répartition des recettes prévisionnels de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il s’agit des chiffres de l’agrément d’investissement sur la base duquel le producteur a monté son financement. Il dispose de nombreuses archives et d’un puissant moteur de recherche. Il dispose d’archives des films sortis depuis 2010 et d’un puissant moteur de recherche, avec de multiples critères.

POUR LA RÉALISATION DE « EN CORPS »

Ce film est le 14 ème de Cédric Klapisch. https://fr.wikipedia.org/wiki/Cédric_Klapisch

Cinéfinances.info* a fourni les données financières de cet article.

Il est produit par Cedric Klapisch et Bruno Levy (Ce qui me meut) pour un budget prévisionnel de 7,8 millions €. https://fr.wikipedia.org/wiki/En_corps

Pour la préparation, 41 jours de tournage et la post-production la rémunération du réalisateur est de 234 000 €, dont 119 000 € d’à valoir sur droits d’auteur et 115 000 € de salaire de technicien.

C’est sensiblement plus que la rémunération des réalisateurs de films français de fiction sortis depuis le début de l’année ou l’année dernière. https://siritz.com/financine/barometre-realisateurs-scenarios-22/

S’y ajoute 330 000 € pour le sujet et le scénario. Ce dernier a été coécrit avec Santiago Amirena qui a reçu 87 500 €.

Le film est coproduit par France 2 qui en est aussi le diffuseur sur la télévision gratuite. Canal+ et Multithématiques ont préacheté une fenêtre sur la télévision à péage.

Le film est distribué par StudioCanal qui a donné des minima garantis séparé pour les mandats  salle, vidéo et international. Le minimum garanti pour l’international est le plus élevé.

Le précédent film réalisé par Cédric Klapisch était «Deux moi», sorti en salle le 15 octobre 2015 et que Ce qui me meut avait aussi produit pour un budget prévisionnel de 6,4 millions €. Sa rémunération était de 140 000 € plus 300 000 € pour le scénario.

Le film, lui aussi distribué par StudioCanal, avait rassemblé 650 000 spectateurs. https://siritz.com/cinescoop/la-remuneration-de-klapisch-pour-deux-moi/

Studio Canal a un autre film à l’affiche, « Golitah », réalisé par Frédéric Tellier et sorti en salle le 9 mars. En deux semaines il avait rassemblé plus de 500 000 spectateurs.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement, destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.