Articles

RÉALISATEURS ET SCÉNARIOS

Quand on compare la rémunération des réalisateurs sur les films français sortis en 2020 et en 2021, on note une forte tendance à la baisse. Certes, du fait du confinement, ce ne sont pas des années représentatives et l’année 2021 n’a que quelques semaines.

Cinéfinances.info* a fourni les données financières de cet article.

Mais, tout de même, la plus forte rémunération de 2020 était celle de Michel Hazanavicius : 1 millions € pour la réalisation d’un film au budget de 24 millions €. https://siritz.com/financine/top-20-des-salaires-de-producteur/ En 2021 c’est 400 000 € pour Éric Lavaine pour la réalisation de « Un tour chez ma fille », un film au budget de 9,7 millions €. Donc une baisse de plus de 60%.https://siritz.com/cinescoop/remuneration-record-deric-lavaine/

Mais Léos Carax n’a reçu que 300 000 € pour la réalisation de « Annette » dont le budget est de 18,5 millions € et qui est un film en anglais visant le marché international. Paul Verhoeven n’a reçu que 250 000 € pour « Benedetta », un film au budget de 19,4 millions €. Pour ces deux derniers films la diminution est de 70 et 75% pour des films à budgets comparables.

On note une baisse d’un tiers sur la rémunération moyenne des réalisateurs, qui passe de 182 000 € à 112 000 €. Et sur la rémunération médiane on passe de 105 000 € à 62 000 €.

Il semble bien que la baisse corresponde à une réelle tendance, même si en 2021 l’échantillon ne porte que sur 37 films.

Une des explications tient peut-être au fait que, désormais, la rémunération du scénario est plus élevée que celle du réalisateur. En général il participe à sa rédaction, seul ou accompagné. Or la rémunération des scénaristes à l’avantage de ne pas comporter les prélèvements sociaux du salaire de technicien alors que la SACD rémunère le scénario à chaque diffusion.

En tout cas, pour les films déjà sortis en 2021, la rémunération maximale d’un scénario est plus élevée que celle du réalisateur. C’est de nouveau celle du scénario du film d’Éric Lavaine qu’il a écrit avec d’autres. https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_tour_chez_ma_fille La rémunération moyenne des scénarios est également plus élevée que celle des réalisateurs. En revanche la rémunération médians des scénarios est moins élevée que celle des réalisateurs.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.

TENDANCE LOURDE OU HASARD DES SORTIES ?

Pratiquement tous les films français sortis depuis la réouverture des salles, y compris ceux qui sont des coproductions minoritaires avec le Royaume-Uni ou les États-Unis, la rémunération des réalisateurs, c’est-à-dire le cumul de l’à valoir sur droits d‘auteur et du salaire de technicien, est de l’ordre de 50 000 €.

Cinéfinances.info* a fourni les données financières de cet article.

https://siritz.com/financine/la-remuneration-des-realisateurs-en-mai-2021/

Cette semaine c’est même le cas de tous, à l’exception de celle de Jérémie Guez pour « Sons of Philadelphia » qui est légèrement au-dessus.

C’est pourquoi la rémunération moyenne de ces réalisateurs est inférieure à la moitié du salaire médian des réalisateurs de films français sortis en 2020.

https://siritz.com/financine/le-barometre-des-realisateurs-fin-octobre/

Certes, ces réalisateurs reçoivent parfois une forte rémunération pour leur scénario ou leur adaptation, comme c’est le cas pour Florian Zeller pour « The father ». Et il a parfois négocié cette réduction des charges fixes, et donc du risque pris par le producteur, contre un pourcentage plus élevé sur le chiffre d’affaires. Or, « The father » qui a remporté deux oscars, est promis a avoir une véritable carrière internationale, comme la pièce dont il est l’adaptation.

https://www.linternaute.com/cinema/tous-les-films/2547072-the-father-bouleversant-magistral-les-critiques-du-film-avec-anthony-hopkins/

Cela tient aussi au fait qu’une partie des films ont des budgets peu élevés :

Seuls « « Sons of Philadelphia » et « The father » ont des budgets « moyens ».

Mais, comme on le voit dans le tableau des rémunérations pour les films sortis cette semaine  c’est tout de même impressionnant :

Cette modicité des rémunérations est-elle une tendance lourde ou un simple hasard ?  On le verra pour les films sortant le 2 juin. C’est en tout cas pourquoi nos baromètres sont un outil très utile pour connaître les tendances du marché et se situer.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement, destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.