Cinescoop

POUR LA RÉALISATION DE « MY ZOÉ »

Cette coproduction franco-allemande (15%-85%) traite de grands problèmes de notre société. Elle se passe à Berlin et Moscou et vise un marché international.

https://fr.wikipedia.org/wiki/My_Zoe

C’est véritablement l’oeuvre de July Delpy, qui est productrice en France et en Allemagne, scénariste et la principale interprète du film.

C’est le 7ème film réalisé par cette comédienne française qui vit à Los Angeles.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Julie_Delpy

Cinéfinances.info* a fourni les données financières de cet article.

Le budget du film est de 4,7 millions €. Il a été tourné essentiellement en Allemagne. En France il a été préacheté par Canal+ et Multithématiques. Bac Film est distributeur avec le mandat salle et vidéo, mais son minimum garanti est investi sous forme de coproduction rémunérée en priorité. Warner a donné un minimum garanti pour la distribution dans les territoires allemands.

Pour la préparation, 32 jours de tournage et la post-production la rémunération de Julie Delpy est de 265 000 €, dont 150 000 € sous forme d’à valoir sur droits d’auteur et 115 000 € de salaire de technicien. C’est plus que la rémunération moyenne des réalisateurs de films français sortis en 2020.https://siritz.com/financine/le-barometre-des-realisateurs-fin-octobre/

Julie Delpy était également scénariste et à, ce titre, a reçu 100 000 € d’à valoir.

Son précédent film était « Lolo » sorti en France le 28 octobre 2015. Il était produit par Michaële Gentile (The Film) pour un budget de 8,3 millions €. Son distributeur était Mars films qui avait donné un minimum garanti.

La rémunération de Julie Delpy pour la préparation, 42 jours de tournage et la postproduction était de 250 000 €, dont 150 000 € d’à valoir sur droits d’auteur et 100 000 € de salaire de technicien. Elle avait co-écrit le scénario avec Eugénie Grandval   et elles s’étaient partagées     160 000 €.

Le film avait rassemblé 910 000 spectateurs.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement, destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.