Articles

POUR LA RÉALISATION D’UNE FILM DE GENRE

« Titane » est le deuxième long métrage de la réalisatrice est en compétition officielle au Festival de Cannes.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Julia_Ducournau

Comme son premier film il semble devoir entrer dans la catégorie des films de genre.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Titane_(film)

Cinéfinances.info* a fourni les données financières de cet article.

Il est produit par Jean-Christophe Reymond (Kazak Productions) pour un budget de 7,4 millions €. Son distributeur en France est Diaphana qui a donné deux minima garantis séparés pour le mandat salle et le mandat vidéo. Wild Bunch a donné un minimum garanti relativement élevé pour le mandat international.

Ont investi dans le film 2 sofica et Arte. Canal+, Multithématiques et Arte ont pré-acheté le film. Celui-ci bénéficie d’une avance sur recettes du CNC de 620 000 € et d’une aide pour les effets spéciaux. Il est soutenu par la région Ile de France, la Région Paca, Eurimages, le programme Média et la Fondation Gan pour le cinéma.

Pour la préparation, 41 jours de tournage et la post-production la rémunération de la réalisatrice est de 150 000 €, répartie à part égale entre à valoir sur droits d’auteur et salaire de technicien.

C’est moins que la rémunération moyenne des films français sortis en 2020, mais beaucoup plus que la rémunération moyenne des films français sortis en 2021.

https://siritz.com/financine/les-barometres-des-remunerations/

Le précédent film de Julie Ducournau était « Grave », sorti le 15 mars 2017. Il avait lui aussi été sélectionné au Festival de Cannes.

Il était produit par Jean des Forêts(Petit Film  productions) pour un budget de 3,6 millions € et distribué par Wild Bunch.

Pour la préparation, 38jours de tournage et la post-production la rémunération de la réalisatrice était de 120 000 €, répartie à part égale entre à valoir sur droits d’auteur et salaire de technicien.

Le film avait rassemblé 155 000 spectateurs.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.