Partager l'article

Bannière publicitaire
Accéder au site du partenaire >
L'édito de Serge
Serge Siritzki

FRÉQUENTATION TOUJOURS A LA BAISSE

Par Serge Siritzky

60% DES FILMS FRANÇAIS EN PERTE

Le 7 juin 2021, nous analysions, les résultats du cinéma en France à la suite de l’ouverture des salles de cinéma après la longue fermeture due à la Covid.  Comscore est l’entreprise qui, entre-autre, fournit quotidiennement les entrées de quasiment toutes les salles de cinéma en France.

Les conclusions étaient : Fréquentation encourageante pour le cinéma, mais très insuffisante pour les distributeurs ». https://siritz.com/editorial/frequentation-encourageante-pour-le-cinema/

Cet éditorial s’appuyait sur le communiqué par lequel Comscore annonçait une reprise spectaculaire de la fréquentation cinématographique en France. https://www.comscore.com/fre/Perspectives/Communiques-de-presse/2021/6/Reprise-Spectaculaire-de-la-Frequentation-Cinematographique-en-France

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Dans sa parution du 28 février analysant les résultats du cinéma en France du 23 au 27 février, Filmsource, la newsletter hebdomadaire destinée aux clients de Comscore,  indiquait que « le frémissement (de la semaine précédente)  a été de courte durée : la fréquentation retombe à 2,3 millions d’entrées  au dimanche soir, soit une baisse 4% par rapport au week-end équivalent de 2020 et de 39,5% par rapport à celui de 2019.

Et, en cumulé par rapport à 2020, donc avant les effets de la covid, 2022, avec 24 472 000 entrées, est en baisse de 22,7%. Or ces chiffres incluent les résultats de « Spider-man » (sauf les deux première semaines puisque le film est sorti à la mi-décembre 2021) qui va dépasser les 8 millions d’entrées.

Ces chiffres sont évidemment mauvais pour toutes les salles de cinéma et catastrophiques pour la plupart des distributeurs et des producteurs français. Selon les évaluation de Cinéfinances.info* à partir de ses données, pour plus de 60% des films français sortis en décembre dernier les distributeurs n’ont pu amortir par leur sortie en salle leur investissement en minimum garanti et frais d’édition. Ils n’ont donc pas touché leur commission nécessaire pour amortir leurs frais généraux.

Certes, dans la plupart des cas, le mandat des distributeurs porte aussi sur la vidéo et la vos. Mais on sait que ceux-ci représentent un chiffre d’affaires de plus en plus réduit.  Cette évolution est due au piratage. Or celui-ci ne pourra être véritablement enrayé que lorsque les consommateurs d’œuvres piratées seront sanctionnées, une mesure que tout gouvernement se refuse à prendre pour ne pas déplaire à une partie de leur électorat.

Bien entendu, la fréquentation dépend de l’offre de films. Ainsi, « The Batman », avec 257 000 entrées le premier jour, a fait sensiblement remonter la fréquentation et il est possible que les sorties de la semaine prochaine maintiennent cette tendance.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement, destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.

 

 

© Copyright - Blog Siritz