Cinescoop

Pour « La bonne épouse », tout le budget est serré

Les entrées que « La bonne épouse » va réaliser cette semaine seront significatives. Elles indiqueront si le cinéma est bien, pour les français, un service culturel de nécessité. Le film avait très bien démarré avant le confinement. Il avait en effet rassemblé 171 000 entrées en 4 jours, juste avant le confinement. Voir : https://siritz.com/editorial/le-verdict-du-box-office-de-cette-semaine/

C’est une comédie réalisée par Martin Provost. Elle est produite par Les Films du Kiosque (François Kraus et Denis Pineau-Valencienne) et distribuée par Memento film. Son budget initial est de 7 millions €. 

Voir aussi :

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Bonne_Épouse

Cinéfinances.info*  a fourni les données financières de cet article

Parmi les interprètes principaux on trouve Juliette Binoche, Yolande Moreau, Noémie Lvovsky, Edouard Baer et François Berléand. Dans le budget, les rôles principaux représentent 295 000 (4,2% du budget)  €, sur 995 000 (14%)  pour l’ensemble de l’interprétation.  Le précédent film réalisé par Martin Provost, « Sage femme », était sorti en 2017. Il avait rassemblé 700 000 spectateurs. 

Martin Provost a sensiblement réduit sa rémunération par rapport à son précédent film

Il avait été produit par Curiosa films (Olivier Delbosc). Son  budget initial était similaire (6,7 millions €) à celui de « La bonne épouse ». Il était interprété par Catherine Deneuve, Catherine Frot et  Olivier Gourmet. Or les rôles principaux représentaient 1,2 millions € (18% du budget), sur un total de 1,55 millions (23% du budget) pour l’ensemble de l’interprétation. Pour ce 8ème long métrage, la rémunération de Martin Prouvost en tant que  réalisateur est 125 000 €, répartie à part égal entre à-valoir sur droits d’auteur et salaire. C’est moins que la rémunération moyenne des réalisateurs de films de fiction en 2019. Mais tout de même très au-dessus de leur rémunération médiane : https://siritz.com/les-barometres-de-la-distribution/remuneration-des-realisateurs-de-films-francais-de-fiction/

En revanche c’est beaucoup moins que sa rémunération sur son précédent film. Pour « Sage femme » elle était en effet de 200 000 €, répartie à part égale entre à-valoir sur droits d’auteur et salaire.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.