Cinescoop

Pour la réalisation de « Petit pays »

Ce vendredi sort en salle « Petit pays » qui est présenté ce matin au Festival d’Angoulème. C’est une adaptation sur le best seller du même titre de Gael Faye, un superbe roman sur le génocide des Tutsis au Rwanda.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Petit_Pays_(film)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Petit_Pays_(film)

Cinéfinances.info*  a fourni les données financières de cet article.

Le film est produit par Jéricho Films (Philippe Rousselet) et Super 8 (Marc Simoni et Jérôme Salle). Son budget est de 5,4 millions €. Il est distribué par Pathé films.

Le réalisateur est Eric Barbier.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Éric_Barbier

Pour la préparation, 41 jours de tournage au Rwanda et un à Paris, ainsi que pour la post production, sa rémunération a été de 150 000 €, répartie à part égale entre à valoir sur droits d’auteurs et salaire de technicien. Il a en outre reçu 150 000 € pour le scénario qu’il a écrit à partir du livre de Gael Faye. Les droits du roman ont été achetés 183 000 €. La rémunération d’Eric Barbier est supérieure à la rémunération moyenne des réalisateurs des films français sortis en 2020 jusqu’à fin août. https://siritz.com/financine/barometre-des-realisateurs-de-films/

Le précédent film d’Eric Barbier était « La promesse de l’aube », tiré du roman de Romain Gary, sorti en 2017. Produit également par Jéricho films son budget était de 24 millions € et il était lui aussi distribué par Pathé.

La rémunération d’Eric Barbier avait été de 267 500 € pour la préparation, 69 jours de tournage et la post-production. Eric Barbier avait coécrit le scénario avec Marie Aynard pour 40 500 €. Les droits du livré avaient été achetés 542 000 €.

Le film avait rassemblé 1 110 000 spectateurs.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.