Cinescoop

POUR LA REALISATION DE « PLACE DES VICTOIRES »

Lundi 23 Canal+ a diffusé en deuxième partie de soirée la comédie dramatique « Place des victoires ». C’est le premier long métrage du réalisateur  Yoann Guillouzouic.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Place_des_victoires_(film)

Cinéfinances.info*  a fourni les données financières de cet article.

Produit par White Panama films (Ryme Wehbi) le film a un budget de 3,5 millions €. C’est également le premier long métrage de la société Son distributeur est La Belle Company (Marc-Antoine Pineau).

Pour la préparation, 34 jours de tournage et la post-production la rémunération du réalisateur est de 68 000 €, répartis entre 17 000 € d’à valoir sur droits d’auteur et 51 000 € de salaire de technicien. C’est beaucoup moins que la rémunération médiane des réalisateurs de films français. https://siritz.com/financine/le-barometre-des-realisateurs-fin-octobre/

Mais  Yoann Guillouzouic a reçu  également 6 000 € pour le scénario et 17 000 € de rémunérations complémentaires.

Un financement de film moyen difficile

Sorti sur 217 copies le film n’a rassemblé que 67 000 spectateurs. La Belle Company qui avait accordé un minimum garanti de 50 000 € pour les seules droit salle n’a sans doute pas amorti son investissement.

Ce film est typique de la difficulté de monter le financement des films à budget moyen sans réalisateur établi et sans casting. En effet, le producteur n’a pas inclus son salaire dans le budget et il a mis ses frais généraux, mais aussi les imprévus, en participation. Il a inclus le crédit d’impôt dans le financement et a investi du numéraire. Il y a par ailleurs plusieurs coproducteurs.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.