Cinescoop

POUR LA RÉALISATION DE « BENEDETTA »

Cette production française sur « Sœur Benedetta, entre sainte et lesbienne » de Judith C. Brown dresse le portrait d’une nonne qui a fait scandale. https://fr.wikipedia.org/wiki/Benedetta_(film)

Cest le 17ème film de de ce néerlandais qui est l’un des principaux réalisateurs mondiaux. C’est à lui que l’on doit notamment « Turkish delight», « Robocop », « Total recall » ou « Basic instinct ».

https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Verhoeven

Cinéfinances.info* a fourni les données financières de cet article.

Son producteur est Saïd Ben Saïd (SBS PRODUCTIONS) et son budget d’un peu moins de 20 millions €. Son distributeur est Pathé qui a tous les mandats sans avoir donné de minimum garanti mais en ayant apporté du numéraire en tant que coproducteur. C’est son apport producteur qui est amorti par les premières recettes. Le producteur a mis en participation son salaire et ses frais généraux, investi du numéraire et du soutien automatique. Le film est coproduit à hauteur de 6% par la Belgique, Belga Films ayant les droits du Bénélux. Il y a 5 soficas qui y ont investi.

Le film a été préacheté par Canal+ et Multithématiques. Il a été coproduit et préacheté à la fois par France 2 et France 3. Il y a 6 soficas et un soutien de la région Sud. Sur 79 jours de tournage 19 ont été tournés en Italie et 2 dans les Studios de France.

Pour la préparation, le tournage et la post-production la rémunération du réalisateur pour la préparation, le tournage et la post-production est de 250 000 €, répartie à part égale entre à valoir sur droits d’auteur et salaire de technicien. C’est plus que la rémunération moyenne des réalisateurs de films français sortis en 2020.

https://siritz.com/financine/le-barometre-des-realisateurs-fin-octobre/

Le scénario a été coécrit avec Gérard Soetema et ils se sont partagés 361 000 €. Les droits du livre ont été acquis pour 113 000 €.

Le précédent film français du réalisateur est « Elle », avec Isabelle Huppert, sorti en France le 25 mais 2016. Son producteur était le même qui en était également distributeur. Il était tiré du livre « Oh… » de Philippe Djian

Pour la préparation, 51 jours de tournage et la post-production la rémunération du réalisateur était de 243 000 €, dont 168 000 € d’à valoir sur droits d’auteur et 75 000 € de salaire de technicien.

Le scénario a été co-écrit avec David Birk et ils se sont partagés 371 000 €. Le livre a été acheté 113 000 €.

Ce film avait rassemblé 661 000 spectateurs en salle en France.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.