Cinescoop

Le réalisateur de « Poly »

« Poly », qui sort cette semaine, est le second film que réalise Nicolas Vanier d’après l’œuvre de Cécile Aubry.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Poly_(film)

Le premier était  le premier de la série des 3 « Belle et Sébastien ». Il avait réalisé plus de 3 millions d’entrées. Il est produit par Bonne Pioche (Yves Darondeau et Emmanuel Priou). C’est le 9ème long métrage de fiction du réalisateur qui a, par ailleurs, réalisé plusieurs documentaires à succès.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Vanier

Cinéfinances.info*  a fourni les données financières de cet article.

Le budget du film est de 11 millions €.   Il est distribué par SND qui, pour tous les mandats a donné à minimum garanti de 2 millions €.Pour la préparation, 43 jours de tournage et la post-production  Nicolas Vanier a reçu une rémunération de 400 000 €, répartie à part égale entre à valoir sur droits d’auteur et salaire de technicien. C’est  sensiblement plus que le double de la rémunération moyenne des réalisateurs français des films sortis depuis le début de l’année. https://siritz.com/financine/le-barometre-de-la-remuneration-des-realisateurs/

Il a par ailleurs co-écrit l’adaptation en scénario avec Jérôme Tonnerre  et Maxime Giffard et ils se sont partagés 547 000 € inscrits à la ligne Sujet.

L’achat des droits du  livre est revenu à 328 000 €. 

Le précédent film de Nicolas Vanier était « Donne-moi des ailes », sorti en 2019. Il était produit par Radar Films (Clément Miserez) qui avait déjà produit « Belle et Sébastien » et il était distribué par SND. Pour la préparation, 33 jours de tournage et la post-production sa rémunération était de 320 000 €, répartie à part égale entre à valoir sur droits d’auteur et salaire de technicien. Il avait co-écrit le scénario avec deux autres scénaristes et ils s’étaient partagés les 547 000 € inscrits à la ligne sujet. 

Le film avait réalisé 1,437 millions d’entrées.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.