Cinescoop

DANS LA RÉALISATION DU « SENS DE LA FAMILLE »

Cette comédie est le 6ème long métrage de ce réalisateur

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Patrick_Benes

Elle est produite par Antoine Rein (Karé Productions)

Cinéfinances.info* a fourni les données financières de cet article. https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Sens_de_la_famille

Son budget est de 10 millions€ et il est distribué par Gaumont qui n’a pas donné de minimum garanti mais a investi comme coproducteur les recettes servant d’abord à amortir cet investissement avec une commission de distribution de 20%.

Le film a été pré-acheté par Canal+ et Multithématiques. France 2 et M6 sont coproducteur et ont chacune acheté un passage, France 2 passant d’abord.

Il est produit par Matthieu Tarot (Albertine Productions) pour un budget de 5,5 millions €. Il est distribué par Gaumont. 3 soficas ont également investi.

Pour la préparation, 47 jours de tournage dont 5 en Belgique et la post-production  la rémunération du réalisateur est de 194 000 €, répartie à part égale entre à valoir sur droits d’auteur et salaire de technicien. C’est plus que la rémunération moyenne des réalisateurs de films français sortis en 2020 https://siritz.com/financine/le-barometre-des-realisateurs-fin-octobre/   et beaucoup plus que la rémunération moyenne des réalisateurs de films sortis en 2021.

Classeur1

Le scénario a été coécrit avec Martin Douaire, Allan Mauduit et Thibault Valletoux. Ils se sont partagés 374 000 €.

Le précédent film de Jean-Patrick Bénès est « Arès », sorti le 23 novembre 2016. C’était un film de science-fiction.

Pour la préparation, 43 jours de tournage et la post-production  sa rémunération est de 70 000 € dont 30 000 € d’à valoir sur droits d’auteur et 40 000 € de salaire de technicien. Il a co-écrit le scénario avec Allan Mauduit et ils se sont partagés 90 000 €. Le film n’a rassemblé que 24 000 spectateurs.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.