Cinescoop

POUR LA RÉALISATION DE « MICA »

Ce film dramatique est son troisième. C’est une coproduction entre le Maroc (87%) et la France (13%). https://fr.wikipedia.org/wiki/Ismaël_Ferroukhi

Cinéfinances.info* a fourni les données financières de cet article.

Son budget prévisionnel est de 850 000 €. Du côté français il est produit par Marie Masmonteil (Elzévir ) et du côté marocain par Lamia Chraibi (Le Prod). https://fr.wikipedia.org/wiki/Mica

Pour la préparation, 37 jours de tournage et la post-production la rémunération du réalisateur est de 10 000€, uniquement en salaire de technicien.

C’est évidemment parmi les plus basses rémunérations de réalisateurs films français sortis depuis le début de l’année. https://siritz.com/financine/barometre-des-realisateurs/

Le scénario a été co-écrit avec Fadette Drouard et ils se sont partagé 50 000 €.

JHR est distributeur en France, sans avoir donné de minimum garanti.

Au Maroc il a reçu le soutien de cinq fonds et a été corrodait par la télévision marocaine SNRT. Il y est distribué par Orange Studio.

Le précédent film réalisé par Ismaël Ferroukhi était « Les hommes libres », sorti le 28 septembre 2011.

Il était produit par Pyramide distribution pour un budget prévisionnel de 2,8 millions € et également distribué par Pyramide distribution.

Pour la préparation, 10 semaine de tournage et la post-production la rémunération du réalisateur était de 90 000 €, dont 50 000 € d’à valoir sur droits d’auteur et 40 000 € de salaire de technicien.

Le scénario était co-écrit avec Alain-Michel Blanc  et ils se sont partagé 40 000 €.

Le film avait bénéficié de 600 000 € d’avance sur recettes. France 3 était coproducteur et avait acheté un passage.

Le film avait rassemblé 170 000 spectateurs.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.