Cinescoop

POUR LA REALISATION « LES CHOSES QU’ON DIT, LES CHOSES QU’ON FAIT »

Le nouveau films réalisé par Emmanuel Mouret vient de sortir.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Choses_qu%27on_dit,_les_choses_qu%27on_fait

C’est son 10ème.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Mouret

Comme les précédents il a été produit par Moby Dick Films (Férédic Nidermayer) et distribué par Pyramide distribution (Eric Lagesse)

Cinéfinances.info*  a fourni les données financières de cet article.

Son budget est de 3,4 millions €, ce qui correspond à la moyenne des films français.

Pour la préparation, 37 jours de tournage et la post-production la rémunération du réalisateur est de 125 000 €, dont 45 000 € d’à valoir sur droits d’auteur et 80 000  € de salaire de technicien.  C’est un peu moins que la rémunération moyenne des réalisateurs de films français déjà sortis en 2020. https://siritz.com/financine/barometre-des-realisateurs-de-films/

Mais Emmanuel Mouret a reçu aussi 120 000 € pour le scénario et 60 000 € de compléments qui sont inscrits dans la ligne Sujet du budget.

Le précédent film d’Emmanuel Mouret,  « Mademoiselle de Joncquières », était sorti en 2018. Son budget était de 3,6 millions €. Il était tiré d’un roman de Denis Diderot dont les droits avaient été achetés 70 000 €. La rémunération du réalisateur avait été de 40 000 €, dont 15 000 € en à valoir sur droits d’auteur et 25 000 € en salaire de technicien. Mais il avait touché en outre 70 000 € pour le scénario. 

Le film avait atteint presque 450 000 entrées, ce qui explique la hausse substantielle de la rémunération fixe totale d’Emmanuel Mouret.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.