Jean Labadie (Le Pacte), le coproducteur et distributeur de Pinocchio, nous indique une erreur dans notre article sur les données financières de la vente de ce film à Amazon Prime.

En effet, l’aide aux cinémas du monde, accordée par le CNC, n’est pas de 150 000 € mais de 75 000 €. La différence est comblée par un supplément d’apport en numéraire de Le Pacte en tant que producteur.  C’est cette somme de 75 000 € que  Le Pacte devra rembourser.

Voir la vente de Pinocchio : https://siritz.com/wp-admin/post.php?post=1074&action=edit

En outre, comme tenue des circonstances (frais d’édition déjà engagés, sans perspective précise de possibilité de sortie en salle),  Eurimages  a accepté que son aide ne soit pas remboursée. Mais le contrat de soutien prévoit 1,97% sur les recettes.

Jean Labadie a affirmé à Libération de ce matin que ses frais d’édition dépensés pour la sortie salle étaient de 700 000 € et que le vante lui avait permis de rembourser ses investissements et de faire un léger bénéfice.

D’autres films à sortir proposés aux plates-formes

Par ailleurs, selon certaines rumeurs  des distributeurs et producteurs de films français aient proposé plusieurs films français non encore sortis, à Netflix et Amazon. Plusieurs seraient déjà  conclues ou sous le point de l’être. Certains sont des films à budget relativement élevé  pour lesquels aucun frais d’édition n’avait encore été dépensé. Certains producteurs et distributeurs de ces films, dont certains seraient même de grands groupes,  auraient demandé à ces plates-formes de ne pas ébruiter la vente pour ne pas courroucer les exploitants qui rechercheront plus que jamais des grands films quand ils pourront réouvrir. Beaucoup dépendra sans doute de la date et des conditions de ré-ouverture des salles que Emmanuel Macron devrait préciser cette semaine.

Par ailleurs, réaliser ces ventes suppose que le producteur obtienne l’accord de tous ceux qui ont contribués à son financement.  Ils veulent au moins être remboursés et, même, partager le profit de l’opération. Or Canal+ commencerait à refuser de donner son accord à certains et d’offrir une nouvelle occasion de promotion à Netflix.

Voir Editorial

https://siritz.com/wp-admin/post.php?post=1130&action=edit