Avec « Forte » c’est le deuxième film français vendu à Amazon Prime. Mais il ne serait vendu que pour la France

Le Pacte vient d’annoncer la vente du film Pinocchio à Amazon prime, ce qui signifie que le distributeur renonce à la sortie en salle. Il semble que ce soit essentiellement pour le territoire français. Ce film Italien de Matteo Garonne, avec Benito Benigni est déjà sorti en Italie où il avait été un succès. C’était une coproduction à 10% avec la France. Dans l’hexagone le film est produit et distribué par Le Pacte (Jean Labadie). Il devait sortir en salle le 18 mars. Le distributeur avait dépensé d’importants frais d’édition et ne savait quand le film pourrait sortir. Il aurait dû alors financer une nouvelle campagne de promotion.

Selon le plan de financement fourni par Cinefinances.info *, la part française du financement était de 1,474 millions €. Le Pacte avait investi 135 000 € en tant que coproducteur et 600 000 € en tant que distributeur. Canal+ avait préacheté le film 360 000 € et Multithématiques 40 000 €.

Le film bénéficiait d’une aide aux cinéma du monde de 150 000 € du CNC  et d’une avance sur recette de 29 000 € d’Eurimages sur la part française. Hanway films (Jeremy Thomas) avait  accordé un minimum garanti de 150 000 € sur la part française des ventes internationales. 

Il est probable que Le Pacte a remboursé toutes ces sommes. La question est de savoir s’il a amorti ses frais d’éditions et réalisé un bénéfice. Voir notre article concernant la vente de « Forte » à Amazon Prime. https://siritz.com/cinescoop/vente-de-forte-a-amazon-prime-analyse-des-donnees-financieres/. Pour ce dernier film la rumeur court que la vente serait de 5 millions € pour les droits mondiaux, alors que le budget du film était de 3,6 millions €. Mais ce prix est contractuellement confidentiel.

En Italie, le financement était de 13,7 millions. Parmi les principales sources de financement on trouve producteur Archimède (Matteo Garonne) qui a investi 1,2 millions € et bénéficié d’une crédit d’impôt de 3,8 millions €. La Rai avait investi 5 ,5 millions €, le ministère de la culture a apporté 800 000 de subvention et Hanway, pour la part Italienne, 1,35 millions €. Il y a aussi une avance d’Eurimage de 261 000 € qui devra être remboursée puisqu’elle est conditionnée à la coproduction entre deux territoires où le film sort en salle.