L’adaptation contemporaine de cette pièce à succès, avec un fort casting, n’a pas rassemblé le public attendu

Canal+ diffuse vendredi 19 juin, pour la première fois, « Le Dindon ».  Cinéfinances.info*  a fourni les données financières de cet article. Voir aussi : https://siritz.com/cinescoop/la-remuneration-de-jalil-lespert/

Ce sont Cinéfrance Studios (Etienne Mallet et Julien Deris) et Pathé Films qui ont produit cette adaptation de la pièce de Feydeau, en la situant à la période contemporaine. Et ce,  pour  un budget de 14 millions €. Il s’agit d’une coproduction franco-belge. La part française est de 83%. 

Les deux producteurs délégués français ont investi 2 millions € en numéraire. Ils ont également mis en participation 356 000 € de salaire producteur sur 580 000 € et 259 000 € de frais généraux sur 784 000 €. Plus rare ils ont investi en participation 260 000 € sur 1,1 millions d’imprévus. France 2 est coproducteur pour 750 000 € de numéraire. En revanche, le crédit d’impôt, qui doit être de l’ordre de l’investissement en numéraire, n’a pas été pris en compte.

La région Ile de France a accordé une subvention de 480 000 € et les placements de produits ont été estimés devoir rapporter 100 000 €.

Canal+ a pré-acheté le film pour 1,883 millions € et Multithématiques pour 334 000 €.

France 2 a pré-acheté 2 passages du film : un premier pour 750 000 € et un second pour 600 000€. Ce qui laisse à penser que la télévision publique y croyait beaucoup.

Pathé Films est distributeur, avec tous les mandats. A ce titre, la société a donné un minimum garanti de 3,5 millions €. « Le Dindon » est sorti le 25 septembre 2019 sur 693 copies. Il n’a rassemblé que 256 000 spectateurs. C’est évidemment un échec très important pour ce distributeur. Il entre dans la catégorie des « fausses martingales » que sont souvent  les comédies à fort casting : https://siritz.com/les-barometres-de-la-distribution/la-fausse-martingale-pour-le-succes-dun-film/

Le  Belgique  est coproductrice pour 2,4 millions € (17%), par le producteur Artémis (Patrick Quinet), qui a généré 2,27 millions € de Tax shelter.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.