SUR LES 4 DERNIÈRES SEMAINES

A partir des données fournies par Cinéfinances.info*, Siritz.com a analysé la rémunération fixe des  réalisateurs de plus importants films  français sortis depuis un mois. En distinguant à valoir sur droits d’auteur, salaire de  technicien et scénario. Ce dernier  poste comprend  ce qui est inclus à la ligne Sujet, celle-ci comprenant le plus souvent des rémunérations supplémentaires, rajoutées en cours ou à la fin du développement.

Cette dernière colonne n’apparaît pas dans la Rémunération d’un réalisateur dans la rubrique Cinescoop. Il y est néanmoins fait allusion. Elle n’est pas non plus prise en compte dans le Baromètre  de la rémunération des réalisateurs qui ne concerne que l’à valoir sur droits d’auteur et le salaire se technicien.

Ce tableau permet de voir que la répartition entre ces trois catégories de rémunération varie d’un film à l’autre. Mais le scénario constitue souvent une part importante de la rémunération.

Comme on le voit c’est, et de loin, Anne Fontaine, qui, pour « Police » reçoit  la plus forte rémunération. Mais c’est aussi le budget le plus élevé, dépassant 10 millions €. Sa rémunération totale représente 5,6% du budget.  La rémunération fixe pour le scénario est supérieure à son salaire de technicien ou son à valoir sur droit d’auteur de réalisateur. https://www.cinefinances.info/film/2168

En seconde position on trouve le duo Benoît Delepine et Gustave Kerven, avec une rémunération de 420 000 €. Cette rémunération représente 8,4% du budget. Leur scénario est plus élevé que leur salaire de technicien mais légèrement moins que leur à-valoir sur droits d’auteur. https://siritz.com/cinescoop/la-remuneration-de-kerven-et-delepine/

Celui qui est, de loin, le moins rémunéré est Antoine de Maximy, le réalisateur de « J’irai mourir dans les Carpates ». Il ne reçoit en tout et pour tout que 46 000 €. Ce qui ne représente que 2,4% du budget.

https://fr.wikipedia.org/wiki/J%27irai_mourir_dans_les_Carpates

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.

PS : Nous avions publié un comparatif de la rémunération de 4 réalisateurs de films sortis la semaine dernière dans lequel la rémunération d’un réalisateur était totalement fausse. Nous l’avons supprimé, mais nous présentons nos excuses à nos lecteurs.