Meilleur que sur l’année 2020 cumulée

A partir de maintenant Siritz.com va publier des baromètres mensuels et des baromètres cumulés depuis de l’année à partir des données fournis par Cinéfinances.info*.

Il y aura quatre baromètres, un par semaine : 

-sur la rémunération des réalisateurs, 

-sur le budget de la musique de films

-sur le devis des films par rapport aux entrées

-sur le pourcentage du minimum garanti amorti par les recettes salles des films en première semaine.

Aujourd’hui  nous publions le baromètre de la distribution en salle au mois de juillet. Le 4 août nous avons publié le baromètre depuis le début de l’année. https://siritz.com/financine/le-barometre-de-la-distribution-des-films-francais/

Ce baromètre calcule le pourcentage du minimum garanti qui est amorti par la recette distributeur de la première semaine. Il ne tient pas compte des frais d’édition ni du soutien automatique et sélectif à la distribution, qui jusqu’à fin août, ne l’oublions pas, a été fortement augmenté. Par ailleurs, très souvent, le minimum garanti est donné pour plus que le mandat salle. Enfin il ne prend pas en compte non plus les films, souvent importants, pour lesquels le distributeur n’a pas donné de minimum garanti parce qu’il est  producteur.

Mais il donne une indication globale sur la rentabilité des investissements des distributeurs. Ce mois-ci c’est le cas de :

-« L’aventure des Marguerite », dont la recette nette distribution a été 206 000 € et dans lequel Pathé, le producteur a investi 900 000 €, en plus de la mise en participation de son salaire et de ses frais généraux de producteur et du soutien.

-« Tout simplement noir », dont la recette nette distribution a été 6 144 000 €, mais dans lequel, le producteur Gaumont a investi 1,9 millions €.

-« Adorables », dont la recette nette  distribution 168 000 €, mais dans lequel  Other Angle production a investi 30 000 € en plus de son salaire et frais généraux en participation.

L’intérêt du baromètre mensuel sera de suivre l’évolution de la rentabilité des investissements des distributeurs mois après mois. Ce baromètre ne comprend que les films pour lesquels le distributeur a donné un minimum garanti. Bien entendu les films pour lesquels le minimum garanti est élevé pèsent plus sur les résultats que ceux où il est limité. Ainsi, « Divorce Club », dont le minimum garanti est de 750 000 € est celui qui pèse le plus. Sa rentabilité est de 78% en une semaine ce qui est un bon résultat.

En juillet, la couverture moyenne des minima garantis cumulés par la recette distributeur cumulée est de 65%. C’est plus élevé que la rentabilité depuis le début de l’année qui n’est que de 31%. En juillet, deux films couvrent largement le minimum garanti dès la première semaine : « Félicita » (réalisé par Bruno Merle et distribué par Rezo Films) de 224%.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Felicità_(film)

Et aussi « Les parfums » (réalisé par Bruno Magne et distribué par Pyramide films) de 166%. En revanche, pour « Jumbo » et « La forêt de mon père » elles sont à 23%. 

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans