Partager l'article

Bannière publicitaire
Accéder au site du partenaire >
L'édito de Serge
Serge Siritzki

LE BOULEVERSEMENT DU SECTEUR DE LA SVOD

Par Serge Siritzky

La Svod assure une forte croissance au secteur audiovisuel, à la fois en chiffre d’affaires et en nombre d’emplois. Mais la situation et aussi les perspectives ne sont pas aussi roses que ce qu’on avait cru.

C’est de que démontre l’analyse d’Alain Le Diberder dans son article « la nouvelle économie de la svod », publié par son site « Après la révolution numérique ».
https://alain.le-diberder.com/la-nouvelle-economie-de-la-svod/

Il rappelle tout d’abord que le marché commence à se saturer dans les pays riches et que les croissances d’abonnés dont continuent de se prévaloir les grandes plates-formes internationales se font dans des pays en voie de développement, à des tarifs bien inférieurs.

Par ailleurs, la Commission européenne a élaboré une règlementation SMAD comme s’il s’agissait d’un seul et même secteur. Alain Le Diberer démontre qu’il est en fait composé de quatre secteurs différents.

Il y a d’abord les studios de Hollywood qui produisent des films de cinéma ainsi que des séries dans le monde entier. Ils ont tous lancé leur plate-forme payante et décidé de leur réserver l’exclusivité de leurs films après la diffusion de ceux-ci en salle. Or toutes leurs plates-formes sont déficitaires et, en leur réservant leurs films, ils perdent le marché des autres média.Tous ces acteurs sont de ce fait lourdement déficitaires.

Netflix constitue un secteur à lui tout seul. C’est lui qui a inventé la Svod et c’est la seule plate-forme à être largement bénéficiaire.  Elle achète ses programmes à des producteurs extérieurs mais commence à avoir une production interne.

Le troisième secteur est celui d’entreprises dites de technologies, Apple et Amazon. Ils ont l’ambition de bâtir un écosystème cohérent et le plus fermé possible. Chacune de ces sociétés pèse en bourse plus que toutes les autres entreprises du secteur audiovisuel réunies.

Le troisième secteur regroupe toutes les autres entreprises et, avant tout, les chaînes de télévision. Le Diberder est persuadé qu’elles créeront chacune leur offre payante délinéarisée. Il y a aussi les opérateurs de télécommunications qui ne peuvent espérer des synergies avec leur activité principale et se créent des conflits d’intérêt dans la mesure où ils distribuent leurs concurrents.

Actuellement, donc, la réglementation européenne est la même pour ces différents secteurs. Il est possible que, progressivement, chaque secteur ait la sienne, comme c’est le cas dans la télévision (TNT, numérique, câble, gratuit, payant).

Aujourd’hui toutes ces « plates-formes », sauf Netflix sont déficitaires et la rentabilité devient pour elles plus important que le nombre d’abonnés. De même la qualité des programmes compte beaucoup plus que leur nombre.

Ceci n’est qu’un résumé de cette analyse qu’il faut lire en entier car elle bouleverse totalement l’idée que l’on se faisait des plates-formes, et, donc, du secteur audiovisuel, il y a seulement quelques mois.

© Copyright - Blog Siritz