Cinescoop

Mais il fait remonter le box-office de Ducobu 

Ducobu 3 est à l’affiche depuis le 5 février. Il a déjà rassemblé 1,456 millions de spectateurs et en avait encore réunis 68 000 ses 4 derniers jours d’exploitation. C’est le troisième film tiré des célèbres albums dessinés belges. A noter que son réalisateur est Elie Semoun, alors que celui des deux premières adaptations était Philippe de Chauveron. Par ailleurs, depuis le début Elie Semoun est l’un des principaux interprètes de Ducobu.

Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ducobu_3

Cinefinances.info* fournit les informations financières de cet article.

Ce film est produit, comme les deux précédents, par les Films du premier et les films du 24,  filiales de production du groupe UGC que dirige Brigitte Maccioni. Son budget est de 8,9 millions €. Et, pour 49 jours de tournage,  la rémunération du réalisateur est de 125 000 €, répartie à part égale entre à-valoir sur droits d’auteur et salaire de technicien. C’est légèrement au-dessus de la rémunération moyenne des réalisateurs de films français sortis en 2019. https://siritz.com/les-barometres-de-la-distribution/la-remuneration-des-realisateurs-des-films-francais-sortis-en-2019/

Semoun a remonté le box-office de Ducobu

Elie Semoun a co-écrit  le scénario et les dialogues avec Marc Chauveron, Philippe Chauveron et Guy Laurent. Le scénario a été rémunéré 270 000 €. Les droits d’adaptation de la bande dessinée ont été achetés 100 000 €.

Les précédents Ducobu

Le premier  film de cette franchise, « L’élève Ducobu », produit par UGC, est sorti en 2011. C’est Philippe de Chauveron qui en était le réalisateur. Sa rémunération  avait été de 111 000 €, dont 78 000 € d’à-valoir sur droits d’auteur et 33 000 € de salaire de technicien. Par ailleurs, il avait co-écrit le scénario et les dialogues avec Marc de Chauveron  pour 90 000 €. Les droits de la BD avaient été achetés 100 000 €. Le film avait atteint 1,490 millions entrées.

« Les vacances de Ducobu »,  était sorti en 2012. Philippe de Chauveroni en était également le réalisateur. Sa rémunération était de 184 000 €, répartie entre un à-valoir sur droits d’auteur de 108 000 € et un salaire de technicien de 76 000 €. Il avait écrit le scénario, avec Marc de Chauveron et Guy Laurent, pour 175 000 €. Quant au droit d’adaptation de l’album il avait été acheté 150 000 €. Le film avait n’avait réalisé que 1,058 millions d’entrées, soir une baisse d’un tiers par rapport au précédent.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 10 ans d’archives.