Cinescoop

POUR LA RÉALISATION DE « LAILA IN HAÏFA »

C’est le 26ème film de ce réalisateur Israélien qui est mondialement connu et a obtenu de nombreux prix. Celui-ci raconte l’histoire d’hommes et de femmes qui se rencontrent dans un club à Haïfa.https://fr.wikipedia.org/wiki/Amos_Gitaï

Cinéfinances.info* a fourni les données financières de cet article.

C’est une coproduction entre la France (42%), la Suisse (33%), Israël (20%) et l’Italie (5%). Son budget total n’est que de 1,25 millions €, car il a été tourné entièrement en Israël.

En France il est coproduit par Laurent Truchot (Agav Films) qui avait déjà produit deux des derniers films d’Amos Gitaï : « Un tramway à Jérusalem », sorti en France le 24 avril 2019 et distribué par Orange studio distribution, qui avait rassemblé 24 000 spectateurs ; et « Le dernier jour d’Ystzak Rabin, », sorti le 16 décembre 2015, distribué par Dulac Distribution, qui avait rassemblé  54 000 spectateurs.

Épicentre Films est le distributeur en France. Le producteur délégué a mis une partie de son salaire et de ses frais généraux en participation. Il a investi du numéraire mais ne prend pas en compte son crédit d’impôt. Néanmoins, comme il est tourné en Israël, celui-ci doit être minime.

Il bénéficie du soutien de la région Ile-de-France. Epicentre Films a donné un minimum garanti salle et un minimum garanti plus élevé pour le mandat ventes à l’international. Il y a également des investisseurs privés.

Le producteur suisse est In Between qui a trouvé des investisseurs privés et le producteur Israélien Agav Akafot qui a une aide nationale et un minimum garanti distribution plus élevé que celui d’Épicentre films.

Pour la préparation, 18 jours de tournage et la post-production la rémunération d’Amos Gitaï est de 65 000 €, dont 35 000 € d’à valoir sur droits d’auteur et 30 000 € de salaire de technicien. C’est un peu moins que la rémunération médianes des réalisateurs de films français sortis en 2021.

Il a en outre reçu 45 000 € pour son scénario qu’il a co-écrit avec Marie-José Sanselme qui a touché 35 000 €.

*www.Cinefinances.info est un site, accessible par abonnement,  destiné aux professionnels du cinéma.  Il publie le budget, le plan de financement et la répartition des recettes de tous les films français qui sortent (hors les films « sauvages » qui ne déposent pas leurs contrats au registre public et ne demandent donc pas l’agrément qui leur permettrait d’accéder à l’aide du CNC). Il dispose d’un puissant moteur de recherche multicritères et de 11 ans d’archives.